Pour notre cerveau, des huiles pas comme les autres ....

trousse-de-secours-artisans-sacoche-esculape.jpgLes huiles essentielles sont reconnues pour leurs puissantes propriétés thérapeutiques et utilisées depuis des millénaires dans certaines partie du monde. Si aujourd'hui, elle occupe une place de choix dans l'arsenal thérapeutique, c'est certainement grâce à son efficacité et ses nombreuses richesses mais aussi parceque les mentalités changent. De plus en plus d'entre-nous se tournent vers des méthodes "naturelles" proposant de la prévention et des remèdes à base de plantes.

Ce sujet passionnant qu'est l'aromathérapie peut être abordé sous différent aspect et j'ai choisi, tout naturellement, l'aspect lié au bien-être et au développement personnel.

Ok, il est facile de comprendre ou de vérifier l'efficacité physique des huiles essentielles, mais comment pourraient-elles bien agir sur notre bien-être ?

En lisant d'autres articles sur ce site, vous aurez saisi que notre bien-être, notre joie de vivre, notre estime, ... sont intimement liés à nos comportements. Ces derniers sont souvent le fruit d'un processus qui se passe au niveau inconscient.

Or l'inconscient, on sait qu'il parle le langage des sens dont le plus primitif: le sens olfactif.

Le corps et l'esprit sont étroitement reliés et des impressions olfactives peuvent déboucher sur de réelles modifications physiologiques (ou physique). Qui n'a jamais eu l'eau à la bouche (un excès de salive) à l'odeur d'un bon plat qui mijote en cuisine ? Vous est-il déjà arrivé de fermer les yeux sous la douche et ressentir la volupté s'installée rien qu'au parfum de votre gel douche ?

Il reste encore beaucoup à découvrir sur la façon dont fonctionne l'odorat. Pourquoi certaines odeurs déclenchent en nous des réactions émotionnelles et physiologiques ?

Quel chemin prennent les huiles essentielles du diffuseur à notre cerveau ?

Les huiles essentielles peuvent être diffusée par les nouveaux systèmes que l'on voit apparaître sur le marché. Mais si nous prenons simplement le brûle-parfum comme exemple, on peut dire que les molécules qui composent les H.E. se propagent dans l'air avec l'évaporation de l'eau contenue dans le brûle-parfum. Ces molécules arrivent à nos narines pourvues de multiples récepteurs olfactifs. Lorsqu'une molécule rencontre "son bon" récepteur, une réaction chimique se produit, dont le résultat est transmis au cerveau sous forme de stimuli électriques. L'information y est traitée. L'inconscient sert de base de donnée qui enregistre un lien entre une perception et l'émotion qui lui sera attribuée.

Dès lors, quand une information olfactive du style pâtisserie, caramel, chocolat sera renvoi généralement à une émotion de l'enfance, à de la nostalgie et plus personnellement selon votre propre vécu, votre inconscient fera resurgir l'émotion liée à cette odeur. Si c'est quand vous étiez petit, vous alliez chez votre grand-mère et qu'une bonne odeur de gaufre émanait de la cuisine, chaque fois que vous serez confronté à cette même odeur, le souvenir de votre grand-mère ressortira. Toutefois, les émotions peuvent être liée dans l'inconscient à d'autres et engendrer une cascade de ressenti qui s'éloigne de l'odeur initiale.

De même, certaines odeurs peuvent se situer à la limite du perceptible et donc agir à notre insu.

L'odorat est donc directement lié à l'inconscient mais aussi à notre instinct.

Tout parfum qui effleurent nos narines devient automatiquement information qui atteint en une fraction de seconde notre cerveau limbique, siège de l'inconscient, des émotions et jouant le rôle de mémoire interne des odeurs déjà rencontrées.

Lorsque l'information parvient aux hémisphères cérébraux où les odeurs vont être décryptées et évaluées, de nombreuses réactions se sont déjà produites en vous.

Et avant que nous puissions dire " Que ces roses dégagent un parfum exquis!", l'odeur en question a suscité chez      nous diverses réactions inconscientes: sentiment de plaisir poindre en nous, nos nerfs qui se relâchent, notre immunité  s'éveille et notre production hormonale augmente.

Notons qu'une odeur perçue et/ou enregistrée comme désagréable provoquera dégout, nausées, fuite ou agressivité.

Une odeur va donc plaire à certains et pas à d'autres ! Avant même de suivre quelque conseil que ce soit, testez, humez et appréciez si cette odeur pourrait vous être bénéfique ou pas.

Quelques parfums pour l'âme et l'esprit .... par ici... ou lorsque le corps dit stop ! ICI

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site