Relation d'aide pour personnes malades et/ou leurs proches

Face à la maladie

accompagnement-malade3.jpgPour faire face à une maladie, le patient et/ou son entourage peut avoir besoin d’un soutien psychologique. Les centres hospitaliers offrent généralement ce service lors d'un séjour mais un accompagnement peut être envisagé après l'hospitalisation.

Rencontrer un professionnel dans ce domaine peut être simplement un soutien moral, comme il peut être le point de départ d’une thérapie afin de mieux "accepter" la maladie. Ce genre d'accompagnement permet de soulager la souffrance, et propose au malade  une nouvelle approche de la maladie. Le soutien psychologique est essentiellement basé sur l’écoute et permet de rassurer le patient et/ou son entourage, de le(s) libérer de l'anxiété.

L'expérience et le professionnalisme dont nous faisons preuve permettent d'orienter le patient et/ou son entourage,  quel que soit l'issue de la maladie. Aussi, nous adaptons l'accompagnement en fonction de l'avancement de la maladie et des réponses aux traitements médicamenteux proposés.

Le patient:

Lorsque vous traversez l'épreuve de la maladie, une réalité physiologique vous est décrite et expliquée par le corps médical. On vous informe quant aux risques, aux traitements, aux changements que vous aurez à effectuer. Les nouvelles s'enchaînent dans un rythme effréné et le mental est alors mis à rude épreuve. Il faut admettre que la maladie est avant tout une expérience personnelle qui induit des conséquences tant au niveau psychologique que social ou culturel pour celui qui en souffre. Mais c’est, peut-être, aussi l'occasion de comprendre que votre corps cherche à transmettre un message.

L'accompagnement permet de balayer un certain nombre d'aspects liés à la maladie:

handicap2.jpg

  • Altération de l’image corporelle:

Comment bien vivre quand on ne se reconnait plus physiquement, qu'on a changé ? Que vont penser les autres de l'image renvoyée par la maladie ? Comment faire face à la diminution des capacités physiques ? La peur de l'abandon, d'être perçu différemment, de ne pas guérir, de mourir peuvent être des freins à la guérison ou une entrave à la fin de vie.

C'est pourquoi, nous proposons un travail adapté qui permet au patient de mieux s'accepter et d'envisager plus sereinement la suite de la maladie.

  • Ruptures dues à la maladie:

La maladie provoque souvent un repli sur soi-même. L'image de soi tel qu'on la connaissait se voit modifiée avec diverses conséquences sur l'estime et la confiance en soi. Plus le diagnostic est sévère et plus le sentiment d'exister s'éloigne. Alors que certaines problématiques étaient jusqu’à présent masquées par l’activité, elles se réveillent avec le diagnostic de la maladie.
On se retrouve face à la rupture dans la continuité des projections dans le futur.

A chaque instant, il est pourtant capital de garder son estime et son besoin d'exister. Renforcer le mental peut devenir une corde en plus à votre arc pour vaincre ou affronter sereinement la maladie.

  • Lien entre le physique et le psychique:

Il y a toute une série de termes pour exprimer la maladie: "être malade", "subir la maladie", "souffrir d'une maladie" mais à chaque fois, l'inconscient perçoit dans ce groupe de mots une idée globale négative. Alors, comment est-il possible d'envisager une guérison si l'esprit s'identifie à la maladie à cause du mot "être" ? L'utilisation des termes "souffrir" ou "subir" évoquent aussi le peu d'espoir que la maladie laisse au patient.

Un accompagnement permet de donner un sens à sa maladie, de se libérer d'un lien de causalité entre les théories imaginées et l'apparition de la maladie. Aussi, se prendre en charge, rester acteur de sa vie revête un caractère essentiel dans le combat contre la maladie. Contrairement aux idées reçues, le malade n'est pas un objet passif livré aux seules compétences du médecin, il a un rôle important à jouer dans l'évolution de sa maladie.

L'entourage:famille-et-handicap.jpg

Avoir un de ses proches malade est une expérience qui, parfois, se révèle douloureuse. Les comportements de l'entourage ont un effet direct sur le patient et sa vision de la maladie. Aussi, pour veiller à l'aider au mieux à traverser cette épreuve, il faut pouvoir tenir le coup. Et ce n'est pas toujours facile.

Que ce soit l'acceptation d'une perte de capacité (partielle ou totale) ou bien encore l'acceptation d'une issue fatale, le psychique de l'entourage d'un malade peut être bouleversé.

Nous sommes à vos côtés pour vous guider dans vos réflexions et vos questionnements: comment se comporter face au malade ? Doit-on le surprotéger ? Faut-il lui cacher la terrible vérité ? Faut-il faire comme si de rien n'était ? Et si la maladie devenait un frein pour le couple ?

Nous proposons un groupe de discussion pour l'entourage des personnes malades, plus d'info ICI.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×